La ville est douce, sucrée lorsqu’elle est fatiguée. Lorsqu’elle porte ses cernes comme des armoiries. Elle est douce comme un entremets, la mousse d’un café crème qui donne des moustaches laiteuses aux jeunes filles. Douce comme le ventre d’un chien, une pensée inspirée par la place Saint-Sulpice, un regard dérobé, un sanglot de fin novembre.
Pont Neuf
Elle est douce comme les entrailles d’un croissant, sa blondeur alvéolée, sa façon irrésistible d’étirer ses cornes rousses, ses petits déjeuners au lit. Douce comme la peau satinée d’un quotidien, la sonnette d’un immeuble bourgeois, les rampes métropolitain au métro Abbesses. La capeline chantilly d’un café liégeois, le cœur d’un mont-blanc éventré, rue de Rivoli, chez Angelina. Au Flore, les tapis sont du même coupon, les lumières zénithales, la moleskine des banquettes où parfois l’on peut s’allonger à minuit. Douce comme le vélin de la Seine, la sauge achetée sur le marché d’Aligre.
Éclairage par un Bateau Mouche
Mais Paris devient Paris lorsqu’il gagné par ce spleen si étrange, cette exaspération qui est l’une des plus belles adrénalines, stupéfiant licite disponible en tout lieu, à toute heure. Il suffit d’attendre, de laisser monter les niveaux. Arrive alors le goût étrange qui désarme, fait se détourner. Paris a le goût de l’accordéon, du métro et des robes de printemps. Il y a parfois des goûts de miel comme cette cour intérieure des petites rues de Saint André-des-Arts. Un arbre se défait de son printemps. Il fait beau, les terrasses s’emplissent. Passage Saint-Ambrose, non loin de la Bastille, une petite crêperie a ouvert ses portes et ses fenêtres : dehors, des enfants sautent à la marelle dans une odeur de sarrasin. À Belleville, c’est jour de marché, les odeurs jouent des maracas. On est ballotté d’une senteur à l’autre, l’ivresse n’est pas loin, mais il y a toujours une épaule, un derrière pour vous envoyer, comme une bille de flipper, vers d’autres étals…

Le classique - la cathédrale
… et ça ira continuer ;-)

One thought on “Une déclaration d’amour

Les commentaires sont fermés.