Prèsque chaque visiteur à Paris qui se lève tôt le connait : « Il a plu, mais les voitures … elles ne sont pas mouillées ? »
typiquement : un trottoir mouillé et la rue est sèche
Il n’a pas plu, on juste lavé les rues. À Paris, on ne se contente pas de balayer, on lave les trottoirs à l’eau, avec des machines qu’on appelle … donc, laveuses de trottoir ou laveuses de chaussée ;-)
La petite laveuse grimpe sur les trottoirs. L’eau est projetée par une rampe, fixée sur le devant et pilotée de l’intérieur.
… la rampe de la laveuse est un appareil à fonctions multiples …
La grande laveuse de chaussée reste, comme son nom l’indique, sur la chaussée. Elle fait marcher d’une équipage de deux, le conducteur et le lancier. Ils doivent veiller à être bien synchrones : le lancier marche sur le trottoir et projette de l’eau à haute pression pour que déchets ( et les traces de chien … ) soient emportés dans le caniveau. Le véhicule, lui, envoie de l’eau sous les voitures pour nettoyer la chaussée.
Le lancier marche sur le trottoir et projette de l’eau à haute pression.
Et que se passe-t-il maintenant avec tous ces déchets dans le caniveau ?
Les éboueurs ont pris soin d’ouvrir les bouches d’eau pour que l’eau les entraîne jusqu’à la bouche d’absorption.
une des innombrables bouches d’eau qui est couverte d’une grille.
Pour être sûr que l’eau aille dans la bonne direction,on utilise des chiffons de barrage, des rouleaux de tissus ou de moquette, qui dirigent le flot vers la droite ou vers la gauche
Enfin, les éboueurs, munis de balais, récupèrent les plus gros déchets sur la grille. Du gaspillage ? On n’utilise pas d’eau potable ni des bouches d’eau ni pour alimenter les citernes des laveuses. À Paris, cette eau vient de la Seine. Après utilisation, elle disparaît dans les canalisations, passe par un centre de traitement des eaux usées et retourne à la Seine. Cette façon de faire a une longue tradition. C’est le préfet de Paris Georges-Eugène HAUSSMANN, qui, au milieu du 19e siècle, a instauré cette pratique lors de ses grands travaux de réaménagement qui visaient, entre autres, à assainir la ville. Surtout pendant la canicule de la fin du juillet et le mois d’août, j’adore les débuts du jour quand les trottoirs sont encore mouillés, avec des petites flaques d’eau par-ci par-là. Ça donne un petit air frais à la ville, comme après une pluie d’été. ;-)

One thought on “seulement le trottoir est mouillé …

  1. « O, du Ausgeburt der Hölle!
    Soll das ganze Haus ersaufen?
    Seh ich über jede Schwelle
    Doch schon Wasserströme laufen.
    Ein verruchter Besen,
    Der nicht hören will!
    Stock, der du gewesen,
    Steh doch wieder still! »                    J.W.v.G.

Les commentaires sont fermés.